NSS Schrödinger

Forum rpg futuriste mettant en scène des futurs colons en exil de leur planète d'origine.
 
AccueilFAQPortailRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le BG complet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lester
Psyché
avatar

Messages : 345
Date d'inscription : 23/09/2011
Age : 33

Feuille de personnage
Particularité:

MessageSujet: Le BG complet   Mar 11 Oct - 8:10


« Au départ, il y avait la Terre, notre planète d'origine. Nos ancêtres provenaient d'un même territoire, l'un des rares, avec cinq autres, à émerger de l'élément liquide. Pourtant, malgré le climat plus qu'enviable, les épidémies résumées à un souvenir diffus et le niveau technologique impensable de leur civilisation, ils n'hésitèrent pas à tout abandonner. Ils renoncèrent à ce quotidien qui nous paraît désormais utopique. À l'origine de l'exil des nôtres, un conflit d'ordre politique.

Car, même si de notre point de vue, la vie paraissait trop généreuse, du leur, tout n'était pas si simple. Les témoignages de l'époque rapportent une société aux valeurs paradoxales, exagérées jusqu'à l'absurde, qui n'hésitait pas à broyer dans ses engrenages les quatre-vingt-quinze pourcent de sa population. Le système s'était construit autour d'une minorité dotée du pouvoir absolu sur le reste. Les hommes étaient dépossédés de leurs droits les plus essentiels, dont ceux de la procréation, des perceptions sensorielles ou du destin individuel. La technologie, qui pour nous est synonyme d'espoir et d'amélioration, était devenue une arme.

Pour de plus amples renseignements, merci de vous référer à mon livre : Ce qu'ils ont quitté.

Mais si le système était resté ainsi, jamais nous ne serions là aujourd'hui. Car nos ancêtres s'étaient habitués - comme nous sur notre planète imparfaite - à leur quotidien. C'est justement son éclatement qui a conduit les masses à s'exiler.

Tout se serait passé pour le mieux si les ressources ne s'étaient pas raréfiées. Lorsque les moutons arrêtèrent de suivre la vieille brebis qui les dirigeait, ils se trouvaient au bord de la falaise. Le schiste friable s'est dérobé sous leur sabots, et tous les rouages de la société se sont effondrés les uns après les autres. Même la minorité gouvernante se déchira. Ne subsistait que le chaos social.

Mais le pouvoir n'avait pas livré sa dernière bataille. En secret, depuis deux décennies, les plus riches hommes et femmes de la ville entreprenaient de construire un vaisseau qui leur permettrait, en cas d'urgence, de gagner une nouvelle Terre. Déjà à l'époque notre future Nodawn faisait parler d'elle. La situation s'était tellement dégradée que l'intelligence artificielle qui gérait la mégalopole activa la procédure d'urgence. À la surface, le peuple grondait.

Le NSS Schrödinger jaillit d'entre les entrailles du béton. Il resta là, indécis, trois jours, au-dessus de la ville. Avant que le gouvernement ne puisse réagir, 5.000 passagers - toutes classes sociales confondues - étaient parvenus à embarquer. Et aucun jet de pierre de ceux resté au sol ne réussit à retenir le NSS Schrödinger sur Terre. Il leva l'ancre et s'ébroua dans le cosmos.

Durant les quatre cents ans que dura le voyage, la vie perdura. Des couples se formèrent, des enfants naquirent et des vieillards moururent. Petit à petit, l'ancien ordre social explosa, faute de souvenirs concrets auxquels se raccrocher. Dès la seconde génération, la Terre n'était plus qu'un lointain souvenir. Les seuls qui pouvaient encore en témoigner étaient prisonniers au cœur du zéro absolu. En effet, quelques rares personnes, en embarquant, se révélèrent incapables de supporter le voyage interstellaire. Sous peine de mourir, il fut décidé de les congeler jusqu'à l'arrivée sur la planète. Ceux qui refusèrent de se plier à cette contrainte moururent effectivement.

Nos ancêtre imaginaient Nodawn comme une seconde Terre. À la place, nos Arrières-grands-parents trouvèrent une planète tout juste habitable, hostile et au sol pauvre, balayée par des vents incessants. Ce qui devait devenir une glorieuse colonie se transforma en taudis, faute de matériel réellement adapté pour un climat aussi rude. Les gens durent s'y habituer, ou alors ils moururent. On creusa des souterrains sous les villes pour s’abriter, qui se muèrent par la suite en quartiers, puis en villes elles-mêmes. Les plus riches se terraient en profondeur, protégés du froid et des maladies véhiculées par les habitants de la surface.

C'est dans ces conditions que les hommes, faibles, malades et diminués, firent la connaissance de la première espèce nodawnienne consciente. Par chance, ils réussirent, grâce à un système archaïque, à nouer le contact et à faire naître la compréhension entre leurs deux espèces si différentes. Un accord politique fut rapidement trouvé. En échange de leur corps que certains de nous partagent temporairement, ceux qu'on appela les Termites nous aidèrent à nous adapter, et redonnèrent à notre race la force de procréer et de se battre contre les éléments.


Près de quatre générations après l'arrivée des premiers colons, notre histoire elle-même est sur le point d'être remise en question. Car pas plus tard qu'il y a quatre mois, très exactement à huit heures du matin, nos radars indiquaient une présence étrangère en-dehors de notre atmosphère. Et nos scientifiques, qui travaillèrent toute la nuit pour découvrir l'origine de cette présence, étaient arrivés à une conclusion bien intrigante.

Un second NSS Schrödinger existait, strictement identique au nôtre qui pourrit actuellement dans le sable du désert. Ma foi, cela aurait bien pu nous laisser perplexe (une blague ?) si un signal radio ne nous était pas parvenu. Là, des gens étranges se présentèrent comme les exilés de la Terre. D'après eux, six mois s'étaient écoulés depuis qu'ils avaient quitté leurs racines pour gagner notre planète, censée être inhabitée. Les archives concordaient en tout point avec les 5.000 noms qu'ils nous donnèrent ainsi que divers détails complémentaires. Le hasard n'avait rien à voir là-dedans.

Après des semaines de quarantaine, et de recherches, il nous fallut bien admettre que nous venions de faire la connaissance de nos lointains ancêtres. À l'origine de cette aberration scientifique, le passage de leur NSS dans un trou de ver. Certains chercheurs supposent que le trou de ver les a fait changer d'espace-temps. Désormais, nombre d'érudits se penchent sur la possibilité de l'existence de réalités alternatives.

...
Demain, cela fera trois mois que le droit de libre-circulation a été ordonné. Ceux avec qui nous partageons un peu de notre patrimoine génétique découvrent les réussites mais également les échecs de leurs descendants. Ils commencent à peine à perdre leurs illusions et à s'intégrer à notre nouvelle société. Nous avons de notre côté encore beaucoup à apprendre, car ils sont les plus à même de témoigner de l'époque qu'ils viennent de quitter.

Nous nous sommes trompés sur beaucoup de choses. Bientôt, la vérité sur un bout de notre passé éclatera ! »

Kunnar Dunlek (historien), Interview au lendemain de la commémoration des trois mois.


Dernière édition par Lester le Mar 11 Oct - 17:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lester
Psyché
avatar

Messages : 345
Date d'inscription : 23/09/2011
Age : 33

Feuille de personnage
Particularité:

MessageSujet: Re: Le BG complet   Mar 11 Oct - 17:07

BG Planète


I ― Nodawn

1 - Caractéristiques
Citation :
No dawn nor twilight, here goes life

Nodawn est une planète en tous points différente de la Terre, non pas par sa taille ou sa composition, mais à cause de sa vitesse de rotation et de révolution autour de son étoile. Ainsi, elle expose toujours la même face au soleil, ce qui plonge la moitié de sa surface dans une obscurité presque totale, tandis que l’autre est baignée par un jour continu.

La partie diurne est presque inhabitable car la chaleur y est étouffante et les ressources rares. Elle se résume à un immense désert où seule une minorité prétend survivre. Quant à la zone nocturne, celle-ci demeure mystérieuse, les connaissances des colons étant limitées pour l'instant. Mais le climat de montagne, froid et sec, ne joue pas non plus en faveur d’une éventuelle colonisation. L’heure est encore à la survie.

La seule partie hospitalière demeure la zone dite crépusculaire (ou aurorale, suivant le point de vue qu’on adopte), soit une bande entourant la planète et dans laquelle les colons ont trouvé refuge. Le climat, bien que venteux, est supportable. Il y ont fondé leur plus grande ville : Crépuscule.


2 - Histoire de la colonisation
Le premier NSS Schrödinger s’est écrasé au niveau de la zone crépusculaire. Autour de ses restes, les colons ont construit Crépuscule. Bien vite, les difficultés environnementales se sont fait sentir, et la ville a commencé à se développer dans le flanc de la montagne, puis de plus en plus en profondeur, là où les vents et la brume ne pourront jamais pénétrer. Ainsi, les plus pauvres vivent à la surface dans le bidonville tandis que les plus riches, eux, se complaisent dans les entrailles de la montagne.

Évidemment, les hommes ne sont pas restés entièrement sédentaires pendant quatre générations. Un petit groupe s’est dirigé vers la zone nocturne dans le but de découvrir de nouvelles ressources naturelles. Ils n’ont rien ramené, par contre, ils sont tombés sur la Termitière, cité état Termite. Ceux-ci les ont accueillis et finalement, ils ne sont plus jamais repartis. En effet, les Termites, flegmatiques et calmes de nature, arrivent à cohabiter avec les humains. Ils ne demandent en échange de nourriture, de gîte et de couvert qu’un ventre chaud où se nicherait leur larve.

Bientôt, certains Termites quittèrent leur Termitière natale et s’installèrent à Crépuscule. Ils demeurent peu nombreux, mais l’entente hommes-Termites inclut la libre circulation des peuples. Malheureusement, le racisme inhérent au genre humain n’avait pas dit son dernier mot. Excédés, quelques extrémistes plièrent bagage et fondèrent Ramah, petit avant-poste dans le désert. Le soleil écrasant ne leur a pas fait de cadeaux, alors ils ne comptent pas en faire non plus aux étrangers qui viennent à Ramah. Quant aux Termites - diplomatie oblige - les rares émissaires ne sont pas restés bien longtemps.

II ― Les Termites
Les Termites sont la seule race indigène de Nodawn connue par les humains. Ils peuvent mesurer de deux à quatre mètres de long. Leur corps est segmenté et recouvert de chitine brillante, d’allure solide, mais pourtant en structure alvéolaire, ce qui laisse passer les sécrétions de leur corps. On ne donnera pas de description type moins généraliste car, comme nous, les Termites possèdent des caractéristiques individuelles marquées (au moins pour elles).

Si les Termites ne ressemblent pas physiquement aux humains, ils demeurent, dans d’autres domaines, très semblables. Ils possèdent chacun une individualité, avec leur caractère propre. Ils ont prêté allégeance à leur Reine ; la servir est considéré comme le plus grand des privilèges. Celle-ci a conscience de tout ses sujets. En effet, les Termites communiquent grâce à la télépathie. En termes humains, on pourrait comparer la Reine à un ordinateur : toute pensée émise transite par elle avant d’être envoyée au(x) Termite(s) cible(s). La Reine est donc omnisciente, et, bien que non omniprésente, elle peut prévenir ses sujets dans la seconde en cas d’attaque. En terme de caractéristiques, elle se présente comme une énorme masse de chair amorphe autour de laquelle gravitent nourrisseurs, soigneurs et autres sujets dévoués . Elle se terre en sécurité dans le fond de la Termitière et n’en bouge pas, puisque sa seule fonction réside en la coordination des pensées d’autrui. Tout au long de sa vie, elle émet régulièrement des larves douées de ce pouvoir de télépathie avancé en dehors d’autres larves normales. Une fois arrivées à terme, c’est à elles de fonder leurs villes plus loin. Jeunes, elles ressemblent à tout autre Termite. Ce n’est qu’une fois installées qu’elles se sédentarisent. Alors elles peuvent se permettre d’être efficaces et mono-tâche une fois qu’elle ont fait naître assez d’ouvrières. Bien peu arrivent à survivre jusque là. Le coup de maître réside à naître lorsque l’ancienne Reine est sur le point de mourir. Dans ce cas, la nouvelle Reine bénéficie d’une Termitière active.

En ce qui concerne les Termites normaux, la reproduction est moins conflictuelle. Un Termite ne donnera naissance dans sa vie qu’à une larve qui atteindra la maturité. Beaucoup, à cause des hôtes à la santé fragile qu’elles parasitent, meurent avant d’être devenues de vrais Termites. La croissance larvaire est lente. Termites "parents" et "enfants" gardent un très fort lien télépathique entre eux. Dès le début, le Termite "parent" essayera de trouver le meilleur hôte possible qui favoriserait, en fin de croissance, l’intelligence de la larve.

Pour inséminer un hôte avec leur larve, les Termites plantent leur dard (organe mâle) dans l'abdomen de l'animal en question. La larve se lovera ensuite dans l'intestin et y restera entre cinq et huit ans en moyenne. Lors du stade de développement final, elle s'éveillera à la conscience et "discutera" avec son hôte, qui participera ainsi à son "éducation".

Pour sortir, par contre, la nature a prévu d'être brutale. Normalement la larve tue son hôte lorsqu'elle perfore la chair pour sortir ; les humains n'étaient pas prêts à accepter de mourir. Dans leur cas, une simple césarienne permet de régler le problème. En raison de leur espérance de vie forte et de leur intelligence, les hommes sont devenus les hôtes plébiscités par les Termites. Presque toutes les larves arrivaient à maturité - sauf cas particulier - alors qu'avec de plus petits animaux, le pourcentage restait faible.

Malheureusement, beaucoup d'humains sont rebutés par l'idée de devenir hôte : le procédé en lui-même est douloureux pour l'entrée et la sortie, sans compter qu'un faible nombre meurt à cause d'une erreur de la larve ou suite aux opérations. Enfin, certains refusent pour la simple et bonne raison qu'ils restent hostile à la race Termite.


III ― Bestiaire

(à venir)


Dernière édition par Lester le Ven 14 Oct - 17:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lester
Psyché
avatar

Messages : 345
Date d'inscription : 23/09/2011
Age : 33

Feuille de personnage
Particularité:

MessageSujet: Re: Le BG complet   Mar 11 Oct - 18:09

Dans ce monde, les habitants se classent en six groupes distincts : quatre originaires du NSS Schrödinger, et deux de Nodawn.

Les Mecas
Sont considérés comme Mécaniques tous les êtres composés pour plus de moitié par une matière synthétique. Cette catégorie comprend donc les robots (intelligents ou non) ainsi que les autres cyborgs qui ne possèdent plus que de rares bouts d’origine. La plupart des Mécas ont été recyclés ou construits à bord du vaisseau. S’ils viennent encore de la Terre, ils occupaient souvent des postes à la sécurité intérieure de la nation. Désormais ils travaillent comme tout un chacun au milieu des Orgas et des Rebuts, même si certains postes périlleux, comme la maintenance de la coque extérieure du NSS, sont en majorité assurés par eux.

Les Orgas

À l’inverse, tout être composé en majorité de chair est un Organique. Ils vivent, se reproduisent et meurent. Ils ne font preuve d’aucun pouvoir psychique particulier et se différencient des Mécas, bien qu’il ne soit pas rare de rencontrer un Orga possédant un organe synthétique ou une prothèse. On les trouve à tous les postes du vaisseau, du simple ouvrier de manufacture au gérant d’entreprise en passant par l’ingénieur, le mathématicien ou le barman.

Les Psychés
Certains Organiques possèdent un pouvoir psychique, leur venant d’ancêtres, ou, pour les natifs de la Terre, directement du gouvernement qui a pratiqué durant des années des expérimentations sur l’humain. En effet, les Psychés étaient utilisés soit comme agents de la censure, soit comme défouloirs récréatifs pour éviter que le peuple ne se soulève. Et cela avait marché. Un Psyché n’a qu’un seul pouvoir psychique. Actuellement, ceux-ci se classent en deux catégories :
Les pouvoirs récréatifs ; qui procurent du plaisir ou facilitent le contact humain.
ex : un contact qui provoque une synesthésie, impression de chaleur au toucher, enlever la tristesse à distance, etc.
Les pouvoirs mentaux, utilisés par les propagandistes dont le but était d’entrer dans la pensée d’autrui.
ex : télépathie, télékinésie, images subliminales, persuasion, etc.

Les Rebuts
Ils n’étaient pas censés faire partie du voyage, pourtant, quand on les a retrouvés dans les soutes, il a bien fallu s’en accommoder. Les Rebuts sont les lointains cousins d’éprouvettes des Psychés. La science est une madone bien cruelle. Pour une expérience réussie, des dizaines échouaient. Au programme, malformations en tous genres : poils, écailles, hybrides, chimères, membres surnuméraires, etc. Rares furent les dérivés génétiques à survivre, et surtout, à réussir à s’échapper des laboratoires. Quoiqu’il en soit, les Rebuts perdurèrent. Leur restent de cette époque un instinct de survie très développé ainsi qu’une étonnante aptitude à la débrouille.
Mais si certains présentent d’effroyables déformations, la plupart, hormis de petits détails qu’ils s’efforcent de cacher, pourraient aisément se faire passer pour totalement Organiques.
Ils ont du mal à se mélanger aux autres groupes et vivent dans des conditions difficiles : le racisme est encore d’actualité.


Les Natifs
Nés sur la planète plutôt que sur le vaisseau, les Natifs ont un mode de vie différent de celui des habitants du NSS. Chez eux, pas de racisme physique ; peu importe votre nombre de bras, la couleur de votre peau ou le nombre d'écrous sur votre thorax : vous êtes et demeurez un Nodawnien.
Seuls les plus aguerris survivent. Le climat et les prédateurs font le tri dans la population depuis des générations. Sur Nodawn, pas de cadeaux.
Même les plus jeunes savent se battre et se construire un abri pour passer la nuit dehors en cas de pépin. Les autres, les privilégiés qui vivent à l'abri au cœur des cités souterraines, sont plus tranquilles. Moins débrouillards, ils compensent leurs faiblesses par les forces de leurs alliés et employés.
Pour garder espoir et ne pas sombrer mentalement, une grande partie de la population vit en parfaite harmonie avec les Termites et acceptent ainsi de servir de porteurs à leurs larves parasites. En échange, ils peuvent espérer avoir accès de manière illimitée à la drogue naturellement secrétée par les parents de leur nouveau colocataire.

Les Termites
Peuple souterrain et télépathe à la conscience collective.
Jusqu'à l'arrivée des colons, ils parasitaient toute sorte d'animaux à sang chaud, mais il s’avéra que les humains étaient plus intéressants que tout ce qu'ils avaient connu. Maintenant les Termites cohabitent avec les colons de Nodawn et vont jusqu'à partager certaines de leurs villes.
Reproduction : Les Termites ont une natalité assez faible, d'environ une larve et demie en moyenne par Termite. Ceux-ci sont hermaphrodites et doivent se mettre d'accord entre eux pour décider le sexe de chacun (la possibilité de rapports homosexuels n'a pas encore été prouvée). Deux semaines après l'acte reproductif, la partie femelle engendre une larve qui reste au stade premier jusqu'à ce que sa mère l'introduise dans les intestins d'un animal. La larve y restera plusieurs années voire décennies avant d'être expulsée par les voies naturelles. Le jeune Termite se crée ensuite un cocon et achève son développement. Lorsqu'il perce l'enveloppe qui le sépare du monde, il est totalement formé bien que plus petit que ses congénères. Alors il intègre la société.
Organisation sociale : Une multitude d'individus à la conscience partagée, et pourtant à l'individualité marquée. Ils suivent et idolâtrent leur Reine ; faire partie de sa suite est considéré comme un honneur qui ne se refuse pas (ouvriers, soldats, etc.).
Particularité : Tous les Termites sécrètent une substance hautement nutritive au niveau de leur chitine pour, au départ, attirer les potentiels hôtes de leurs larves. Chez les humains, il s'avère que cette substance se comporte comme une drogue : effets hallucinatoires, euphorisants, psychostimulants. Les porteurs de larves y ont plus facilement accès que les autres.

(Pour plus amples informations, merci d'aller lire le BG complet, particulièrement la partie "Termites" dans le post second.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le BG complet   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le BG complet
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Campagne Rolemaster (Groupe Originel) : Chapitre I - Résumé Complet !
» HAITI: Obama demande le retrait complet de la MINUSTAH ...Fin 2014
» Nous sommes complet pour le tirage
» Minis-Intrigues ♦ Les noces funèbres [complet]
» Une nouvelle amitié, en mission [complet]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NSS Schrödinger :: Le SAS :: Guide de l'auto-stoppeur intergalactique-
Sauter vers: